FANDOM


Transcript Modifier

TEASER

FONDU APPARITION

INT—SALLE DE LA PORTE

[Cinq soldats de l’US Air Force sont assis pendant leur tour de garde autour d’une table au pied de la rampe, jouant au poker.]

GARDE 1
Bon sang, cette main est vraiment pourrie. Allez tout le monde, on mise.
(regardant la femme soldat)
C'est valable pour toi.
(il distribue)
Un sept sur un deux, rien ici. Un as sur un huit, rien ne se passe. Une reine sur un roi, possibilité de quinte ici. Une paire de huit, et le valet obtient un as. Les jeux sont ouverts.

FEMME SOLDAT
Vous n’avez pas peur les gars qu’un officier vienne ici ou quoi ?

GARDE 2
Crois-moi, personne ne descend ici à part nous.

FEMME SOLDAT
(regardant la couverture de la Porte des étoiles qui bouge légèrement)
Est-ce que cette chose fait toujours ça ?

GARDE 1
fait quoi ?

FEMME SOLDAT
Je ne sais pas ce qu'il y a sous la bâche, je l'ai… vu bouger ou quelque chose dans ce genre.

GARDE 2
La seule chose que ce truc ait fait, c'est de coûter de l'argent.

GARDE 1
Ouais, et on dirait qu'il veulent s'en débarrasser. Ils ont expédié le personnel il y a des mois de ça.

FEMME SOLDAT
(voyant la bâche bouger de nouveau)
Je vous le dis, cette chose est en train de bouger !

GARDE 2
Si t'as pas de jeu, alors, couche-toi.

[Elle se lève de son siège et s'avance vers l'objet couvert.]

GARDE 1
(agité)
Ça veut dire qu'elle se couche ?

GARDE 2
Finis la partie, elle n'est plus dans le coup.

[La femme soldat s'approche de la bâche et arrive sur la rampe. Celle-ci se met à secouer soudainement, ils entendent un grondement sourd et elle redescend de la rampe qui continue de trembler ainsi que la table où les autres soldats sont assis. ils se levèrent d'un bon, cherchant leurs armes.]

GARDE 3
Mais qu'est-ce…

[La bâche s'envole de l'appareil et révèle la Porte des étoiles tournant et active.]

GARDE 3
Whoa!

FEMME SOLDAT
Je suppose que ça n'est jamais arrivé avant ?

[Le 2e garde accourt vers le téléphone rouge sur le mur tandis que les autres se tiennent prêts au pied de la rampe. La Porte des étoiles s'active — le kawhoosh s'étend et à ce moment, il lâche le combiné. Les autres tombent à la renverse au moment où l'horizon des événement se stabilise devant eux. Le 1er garde sort les armes, les donne à chacun. Ils les arment, se tiennent devant la Porte des étoiles. La femme soldat commence à monter sur la rampe.]

GARDE 1
Qu'est-ce que tu fais ?

[Au moment où elle atteint la Porte des étoiles, une balle lancée passe au travers et atterrit à ses pieds, s'active et semble scanner son corps. La balle s'éteint et elle se penche pour la toucher.]

GARDE 3
Qu'est-ce que tu fais ?

GARDE 1
N'y touche pas !

[Elle la prend, regardant ses collègues dans la confusion. Soudain un garde serpent passe par le trou de ver juste en face d'elle, la retenant par le cou et prenant son arme. Les autres gardes arment leur fusils.]

GARDE 1
Ne tirez pas !

[D'autres gardes serpent passent par la Porte des étoiles.]

GARDE 1
Déclin…Attendez ! Déclinez votre identité !

[Un dernier garde passe par la Porte des étoiles, son armure est en or. Il se tiend devant ses sept gardes et dévoile son visage — un visage humain.]

APOPHIS
(voix déformée)
Jaffa! Kree!

[Le garde qui tient la femme soldat dévoile son visage et Apophis se tourne vers lui.]

APOPHIS
Teal'c, kree!

[Teal'c observe le fusil de la femme soldat puis le lâche et amène la femme brutalement devant Apophis]

FEMME SOLDAT
Retirez vos sales pattes de moi !

[Apophis lève sa main et un appareil émet une lumière qui s'accroche à son visage, elle arrête de s'agiter.]

GARDE 1
Relâchez-la !

[L'un des gardes serpent fait feu avec sa lance Goa'uld, engageant une lutte armée. Teal'c protège la femme soldat avec son corps alors que les balles ricochent sur son armure Goa'uld. Apophis voit un de ses gardes s'écrouler. Un des gardes terriens est touché et s'écrase sur la table de jeu.]

APOPHIS
Kree! Jaffa!

[Il les rappelle.]

GARDE 2
(au téléphone)
On est attaqués ici. On a besoin…Arghh…

[Il est touché par un tir de lance et s'écroule. le 1er garde continue de tirer jusqu'à ce qui lui aussi soit finalement abattu. L'alarme de la base retentit.]

APOPHIS
Teal'c. A'la spree.

[Il regarde en direction de la Porte des étoiles.]

INT—COULOIRS DE LA BASE

[Des soldats accourent vers la salle de la Porte.]

SF
Allez, allez !

[La porte blindée de la Montage se ferme.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Le Général Hammond et les soldats entrent et se mettent en position. Les gardes serpents sont déjà partis sauf Apophis, la femme soldat et deux de ses gardes. L'un d'entre eux ramasse l'appareil scanner. Les soldats arment leurs fusils.]

HAMMOND
Ne tirez pas !

[Les yeux d'Apophis s'illuminent, son casque se referme. Ils repassent par la Porte des étoiles. Le trou de ver se désactive.]

FIN DU TEASER

CRÉDITS D'OUVERTURE

EXT—EXTERIEUR DE LA MAISON D'O'NEILL, NUIT

[Le Major Samuels sort de sa voiture, marche vers la maison et frappe à la porte. Un soldat qui l'accompagne fait le tour de la maison.]

SOLDAT
Monsieur, il y a une échelle ici.

[Ils montent à une échelle vers un toit où O'Neill scrute le ciel avec un télescope.]

SAMUELS
Colonel Jack O'Neill ?

O'NEILL
(ne le regardant même pas)
À la retraite.

SAMUELS
Je suis le Major Samuels.

O'NEILL
Air Force ?

SAMUELS
Oui, Monsieur, je suis le commandant en second du bureau du Général.

O'NEILL
Vous voulez un petit conseil Major ? Demandez votre mutation à la NASA. C'est là-bas que ça se passe en ce moment. Tout là-haut.

[O'Neill continue de regarder la galaxie par la lentille de son téléscope.]

SAMUELS
J'ai, euh…, j'ai reçu l'ordre de vous emmener voir le Général Hammond, Monsieur.

O'NEILL
Jamais entendu parler de lui.

SAMUELS
Il a remplacé le Général West. Il dit que c'est important. Cela concerne la Porte des étoiles.

[O'Neill se retourne finalement, intéressé.]

EXT—BASE DU MONT CHEYENNE, NUIT

[Une voiture entre dans la base.]

INT—ASCENSEUR

[O'Neill, habillé en civil, est accompagné par un officier jusqu'au sous-niveau 11. Ils marchent dans le couloir.]

INTERCOM
L'équipe d'entretien numéro neuf au niveau moins deux. Occupez-vous du conduit de ventilation vingt-quatre.

[O'Neill signe un registre sur le bureau et ils se dirigent vers un second ascenseur.]

OFFICIER
Nous devons prendre un deuxième ascenseur pour le reste de la route, Monsieur. C'est beaucoup plus bas.

O'NEILL
(entrant dans l'ascenseur)
Oui, je sais. Je suis déjà venu ici.

OFFICIER
Ah, bien sûr.

[L'ascenseur descend, finalement ils en sortent. Samuels se trouve au fond du couloir. Il montre à O'Neill une porte.]

SAMUELS
Par ici, Monsieur.

[Samuels suit O'Neill et l'officier prend la place de Samuels.]

INT—BUREAU DE HAMMOND

[On frappe deux fois à la porte.]

HAMMOND
Entrez.

[Samuels et O'Neill entrent.]

SAMUELS
Général Hammond, le Colonel Jack O'Neill.

O'NEILL
À la retraite.

HAMMOND
j'avais remarqué. Pour moi, il s'agit de ma dernière mission. Le temps de commencer à regrouper mes pensées, peut-être même écrire un livre. Avez-vous pensé écrire un livre sur vos exploits de service ?

O'NEILL
J'y ai bien pensé, mais alors, je serais obligé de descendre tous ceux qui le liraient.
(n'obtenant pas de réponse)
C'est une plaisanterie, Monsieur. La majeure partie de mon travail de ces dix dernières années était confidentiel.

HAMMOND
Oui, bien sûr.

O'NEILL
Le Major Samuels a mentionné quelque chose au sujet de la Porte des étoiles.

HAMMOND
Retour aux affaires, pas de problème.
(se levant)
Par ici.

[Ils quittent tous le bureau.]

INT—LABORATOIRE

[Un médecin retire un drap, dévoilant le visage d'un Jaffa.]

HAMMOND
Quelqu'un de votre connaissance, Colonel ?.

DOCTEUR
Ils ne sont pas humains.

O'NEILL
Vous croyez ?

DOCTEUR
Mmmh, à priori, ces fentes que vous voyez seraient en fait une poche ventrale, similaire à celles qu'on trouve sur les marsupiaux.

SAMUELS
Comme un kangourou.

DOCTEUR
Nous n'avons pas encore pratiqué d'autopsie.

HAMMOND
Ces personnes — ou aliens — appelez-les comme vous voudrez… sont passés par la Porte… ont tué quatre de mes hommes et kidnappé un cinquième en utilisant des armes avancées.

O'NEILL
Des armes, Monsieur ?

[Un soldat amène une lance Goa'uld et Hammond la tend à O'Neill.]

SAMUELS
Nous n'arrivons pas à savoir comment elles fonctionnent.

[Sûr de lui, O'Neill active et désactive l'arme.]

HAMMOND
Déjà vu une auparavant, je suppose.

O'NEILL
Oui, Monsieur.
(il rend l'arme)
Mais il n'y a aucune créature comme celle-ci sur Abydos. Ces gens-là étaient humains. Ils venaient de la Terre. Râ les a amenés là-bas il y a des milliers d'années.

HAMMOND
Je sais très bien tout ça ! Mais votre rapport disait que ce Râ était en fait une espèce d'alien qui vivait dans un corps humain.

O'NEILL
Oui, ses yeux s'illuminaient. Ce fut notre premier indice.

HAMMOND
Êtes-vous sûr qu'il soit mort, Colonel ?

O'NEILL
À moins qu'il n'ait pu survivre à l'explosion d'une tête nucléaire tactique en pleine face, je suis affirmatif. Pourquoi ?

HAMMOND
Colonel, ces « personnes », ou peu importe ce qu'elles sont, protégeaient un autre homme au moment de passer à travers la Porte des étoiles. J'ai bien regardé ses yeux, Colonel. Ils se sont illuminés.

[O'Neill regarde, choqué.]

INT—COULOIR

[Hammond, O'Neill et Samuels marchent dans le couloir.]

HAMMOND
Comment vous sentez-vous au sujet de la mission Porte des étoiles après tout ce temps, Colonel ?

O'NEILL
Que voulez-vous dire ?

HAMMOND
Eh bien, cela fait plus d'un an. Est-ce que votre point de vue a changé ?

O'NEILL
Eh bien, Monsieur, je…

[O'Neill's s'arrête de parler au moment où il remarque que Ferretti et Kawalsky se trouve dans une autre pièce.]

INT—BUREAU DE HAMMOND

O'NEILL
C'était pas…?

HAMMOND
Kawalsky et Ferretti oui, ils étaient sous vos ordres lors de la première mission Porte des étoiles. Parlez-moi de Daniel Jackson, Colonel.

[Au travers de la fenêtre du bureau de Hammond, O'Neill observe Kawalsky et Ferretti dans la salle de réunion.]

O'NEILL
Pourquoi interrogent-t-ils mes hommes  ?

HAMMOND
Ce ne sont plus vos hommes, Colonel — vous avez pris votre retraite. Daniel Jackson ?

O'NEILL
Vous avez lu le rapport ?

HAMMOND
Oui.

O'NEILL
Tout est dedans.

SAMUELS
C'est certain ?

O'NEILL
Qu'est-ce que cela veut dire, Géneral ?

HAMMOND
Vous n'aimiez pas Daniel Jackson, n'est-ce pas ?

O'NEILL
Daniel était un scientifique. Il éternuait beaucoup. À la base, c'était un bouffon, Monsieur.

SAMUELS
Donc, vous ne vous êtes pas beaucoup occupé de lui.

O'NEILL
Je n'ai pas dit ça. Il a aussi sauvé ma vie et trouvé le moyen de nous ramener à la maison, mes hommes et moi — c'est le genre de choses qui fait grandir l'estime d'une personne en vous. Vous voyez ce que je veux dire ?

HAMMOND
Selon le rapport de mission, vos ordres étaient de traverser la Porte des étoiles, détecter toute menace éventuelle contre la Terre, et, si menace, déclencher un missile nucléaire et détruire la Porte de l'autre côté.

O'NEILL
Oui.

SAMUELS
Mais ce n'est pas ce que vous avez fait, n'est-ce pas ?

O'NEILL
Pas directement. Les forces de Râ ont maîtrisé mon équipe et ont pris l'arme avant que j'aie pu la programmer.

SAMUELS
Mais avec l'aide du Docteur Jackson, vous avez pu finalement reprendre le contrôle et réussi à déclencher l'arme. Non ?

O'NEILL
Oui.

HAMMOND
Au plus loin que vous vous rappelez, Daniel Jackson et tous ceux que vous connaissiez sur Abydos sont morts, exact ?

O'NEILL
(après une pause)
C'est exact.

HAMMOND
Bien.
(se levant)
Donc ça ne vous fera rien si j'autorise le feu vert pour notre plan.

INT—COULOIR

[Ils quittent le bureau.]

HAMMOND
Cette espèce de quartz dont est fait la Porte des étoiles — il doit être vraiment résistant s'il peut tenir face à une Mark III.

O'NEILL
Eh bien, nous avons envoyé un robot-sonde après être revenus, Monsieur. Il s'est écrasé de l'autre côté. Clairement, la Porte des étoiles d'Abydos a été enterrée dans l'effondrement.

[Ils entrent dans la salle de la Porte.]

HAMMOND
Eh bien, à première vue, elle a été déterrée.

INT—SALLE DE LA PORTE

[Il y a une bombe en préparation au pied de la rampe de la Porte des étoiles.]

O'NEILL
Oh mon Dieu. Vous envoyez une autre bombe ?

HAMMOND
Une Mark V cette fois. Si ces créatures ont rouvert la Porte d'Abydos, nous avons l'intention de la resceller une bonne fois pour toutes.

O'NEILL
Géneral, vous ne pouvez pas faire ça.

HAMMOND
Le compte à rebours a déjà commencé… À moins que vous n'ayez quelque chose à ajouter.

O'NEILL
(après une longue pause)
Géneral Hammond ? Monsieur ? J'ai le regret de vous informer que mon rapport n'était pas entièrement exact.

HAMMOND
Vous n'avez pas fait exploser la bombe.

O'NEILL
Oh si, j'ai fait exploser la bombe, Monsieur, mais elle se trouvait à bord du vaisseau spatial de Râ, ce qui l'a tué et a éliminé le risque pour la Terre.

SAMUELS
Cependant ?

O'NEILL
Cependant… Le vaisseau de Râ était en orbite au-dessus de la planète à ce moment-là. Ni la Porte, ni rien d'autre sur la planète n'a été détruit. Daniel Jackson est vivant et vit avec le peuple d'Abydos.

HAMMOND
Vous avez enfreint des ordres directs ! Pourquoi ?

O'NEILL
Parce que le peuple d'Abydos ne représente aucune menace pour nous ! Ils méritent qu'on les laisse tranquilles.

HAMMOND
Ce n'est pas à vous de décider !

O'NEILL
Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur — si en revenant ici, j'avais rapporté que la Porte de l'autre côté était toujours intacte, vous auriez envoyé une autre bombe, comme vous vous apprêtez à le faire. Ce n'était pas nécessaire de faire mourir ces gens. La menace que représentait Râ avait disparu.

SAMUELS
Et la sonde que nous avons envoyée ? Elle s'est écrasée instantanément.

O'NEILL
Après être rentrés, Daniel a enterré la Porte dans les rochers, rendant impossible mon retour ou celui d'une autre personne.

HAMMOND
Eh bien, ces quatre corps étendus dans l'infirmerie disent autrement, Aviateur.

[O'Neill soupire. Hammond l'observe un moment, puis se tourne vers les techniciens de la bombe.]

HAMMOND
Nous enverrons la bombe là-bas conformément au planning.

O'NEILL
Géneral, vous ne pouvez pas faire ça !

HAMMOND
Ah bon ?

O'NEILL
Il y a des gens innocents sur cette planète !

HAMMOND
Il y a des gens innocents ici ! J'ai aussi mes ordres, Colonel. J'obéis aux miens. Amenez le Colonel O'Neill dans la cellule de détention. Qu'on lui donne le temps de réfléchir pendant que je décide quoi faire de lui.

SAMUELS
(aux gardes dans la salle)
Sergent…

[Après le départ de Hammond et de Samuels, deux soldats encadrent O'Neill. Il sort sous escorte.]

EXT—MONT CHEYENNE, NUIT

INT—CELLULE DE DÉTENTION

[O'Neill est emmené à l'intérieur et la porte se ferme. Kawalski se lève de l'une des couchette, se met au garde à vous et le salue.]

KAWALSKY
Colonel O'Neill, Monsieur.

O'NEILL
Je suis à la retraite, Kawalsky. C'est pas la peine de saluer.

[Kawalsky descend sa main et serre la main d'O'Neill, en souriant.]

KAWALSKY
Ni moi, ni Ferretti avons dit quoi que ce soit.

O'NEILL
Je l'apprécie vraiment.

KAWALSKY
Hé, ces gamins sur Abydos ont aussi sauvé ma vie.

O'NEILL
Ouais, les gamins.

[Ils s'assoient autour de la table.]

KAWALSKY
Ils sont la vraie raison pour laquelle on a gardé le secret, pas vrai ?

O'NEILL
Ouais.

[O'Neill tapota Kawalsky de façon rassurante sur le bras.]

KAWALSKY
Ce gamin qui vous idolâtrait, vous vous rappelez ? Son nom bizarre… c'était quoi déjà ?

O'NEILL
Skaara.

KAWALSKY
Voilà. Vous vous rappelez comment il vous saluait toujours ?

O'NEILL
Ouais, mon fils faisait toujours ça quand il était petit. Skaara me fait un peu penser à lui.

KAWALSKY
Bon sang, Colonel, vous et moi, on a fait toute cette mission ensemble. Je n'ai jamais su que vous aviez un fils.

O'NEILL
Eh bien, il est mort. Juste avant la mission Abydos.

KAWALSKY
Je suis désolé, Monsieur. Je ne le savais pas.

[La porte s'ouvre et ils se lèvent quand Hammond entre.]

HAMMOND
Combien de gens vous dites sont sur Abydos ?

O'NEILL
À ce que nous avons vu ? peut-être cinq mille.

[Hammond baisse la tête, réfléchissant. Kawalsky et O'Neill échangent des regards.]

O'NEILL
Est-ce que cela veut dire que vous reconsidérez l'envoi de la bombe, Monsieur ?

HAMMOND
Cela veut dire que je suis ouvert aux propositions.

O'NEILL
Géneral, laissez-moi conduire une équipe par la Porte. Nous trouverons qui sont ces aliens. Kawalsky et moi sommes déjà allés là avant. Nous connaissons la nature du terrain. Nous connaissons ces gens.

HAMMOND
Vous pensez connaître. Daniel est peut-être mort. vous ne savez pas dans quoi vous vous aventurez.

O'NEILL
Monsieur, il y a un moyen de le savoir.

HAMMOND
Exact. Nous avons la sonde prototype empruntée au MIT.

O'NEILL
Géneral, nous n'avons pas besoin de cette sonde.

KAWALSKY
Ah bon ?

O'NEILL
Non.
(il attrape une boite de Kleenex sur la table)
Ceci fera l'affaire.

[Il quitte la cellule de détention, Kawalsky et Hammond le suivent.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Des soldats sont autour de la Porte, armes chargées au moment où la Porte des étoiles appelle. ]

TECHNICIEN

(par l'intercom)

Chevron Quatre encodé !

INT—SALLE DE CONTRÔLE

[O'Neill, Hammond, Samuels et Kawalsky sont dans la salle de contrôle. O'Neill tient toujours la boite de Kleenex dans ses mains.]

HAMMOND
Je peux savoir en quoi ça consiste ?

TECHNICIEN
Chevron Cinq encodé.

O'NEILL
Jackson a des allergies.

KAWALSKY
(réalisant soudain)
Ça y est, j'ai saisi.

O'NEILL
Il saura que ceci viendra de moi et non d'une personne, avec tout le respect que je vous dois, telle que vous.

SCIENTIFIQUE
Niveau optimum.

TECHNICIEN
Chevron Six encodé.

[O'Neill quitte la salle de contrôle et se dirige vers la salle de la Porte.]

TECHNICIEN
Chevron Sept, verrouillé.

INT—SALLE DE LA PORTE

[La Porte des étoiles s'active, O'Neill s'en approche et balance la boite de Kleenex par le trou de ver.]

INT—SALLE DE CONTRÔLE

TECHNICIEN
Le, um, l'objet doit parvenir à sa destination finale dans cinq secondes, quatre, trois, deux, un.

[La Porte des étoiles se désactive.]

TECHNICIEN
L'objet doit se trouver maintenant du côté de la Porte des étoiles d'Abydos.

HAMMOND
Et maintenant ?

O'NEILL
(rentrant de nouveau dans la salle de contrôle)
Maintenant on attend. Si Daniel se trouve aux alentours, il saura ce que ce message veut dire.

SAMUELS
Et si les aliens le trouvent ?

O'NEILL
Eh bien, ils pourront se moucher maintenant.

SAMUELS
Ils pourraient préparer une attaque !

O'NEILL
Allons Samuels, laissez-moi être le cynique de service ici, OK ?
(à Hammond)
Monsieur, cela risque de prendre du temps.

[Ils quittent la salle de contrôle.]

INT—SALLE DE RÉUNION, PLUS TARD

[tous attendent au moment où la Porte des étoiles commence à gronder.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Hammond, Samuels, Kawalsky et O'Neill entrent et voient la boite de Kleenex voler depuis la Porte des étoiles puis l'horizon des événements se dissiper. O'Neill ramasse la boite et sourit. Il la donne à Samuels, voyant ainsi que Hammond ce qu'il y a écrit dessus : «MERCI, ENVOYEZ-EN D'AUTRES».]

O'NEILL
Permission de prendre une équipe pour passer la Porte des étoiles, Monsieur ?

HAMMOND
En supposant que j'obtienne l'autorisation du Président. Le briefing de la mission commencera à 0800 heures. Considérez-vous comme réintégrant le service actif, Colonel.

[Hammond et Samuels quittent les lieux. O'Neill et Kawalsky sourient et se serrent la main avant de les suivre.]

INT—BUREAU DE HAMMOND

[Hammond rassemble des papiers de son bureau, puis se déplace dans la salle de réunion.]

INT—SALLE DE RÉUNION

[Hammond entre dans la salle. Samuels, Kawalsky, Ferretti et O'Neill, tous en uniformes de classe A, sont déjà là avec d'autres officiers.]

SAMUELS
Fixe.

[Tous les occupants, y compris O'Neill, saluent.]

HAMMOND
Messieurs, prenez vos places.

[Sept occupants de la salle s'installent autour de la table, O'Neill reste à coté de son fauteuil.]

HAMMOND
Où est le Capitaine Carter ?

SAMUELS
Juste arrivée, Monsieur.

O'NEILL
Carter ?

HAMMOND
J'assigne Sam Carter à cette mission.

O'NEILL
Je préfèrerais monter ma propre équipe, Monsieur.

HAMMOND
Pas sur cette mission, désolé. Carter est notre expert sur la Porte des étoiles.

O'NEILL
D'où a-t-il été transféré ?

CARTER
Elle a été transférée du Pentagone.

[Carter rentre dans la salle et se dirige vers son fauteuil autour de la table.]

CARTER
Vous êtes sûrement le Colonel O'Neill.
(elle salue)
Capitaine Samantha Carter au rapport, Monsieur.

[O'Neill retourne le salut.]

KAWALSKY
(avec un sourire en coin)
Mais bien entendu on vous appelle « Sam ».

CARTER
(lui rendant le sourire)
Vous n'avez pas à vous inquiéter, Major. J'ai joué avec des poupées quand j'étais une enfant.

KAWALSKY
G.I. Joe ?

CARTER
Non, le Major Matt Mason.

KAWALSKY
Oh…
(à Ferretti)
Qui ?

FERRETTI
Le Major Matt Mason, poupée astronaute. Aviez-vous le petit sac à dos sympa qui le faisait voler ?

HAMMOND
Commençons maintenant. Colonel ?

O'NEILL
Merci.
(Carter s'assoit)
Pour ceux d'entre vous qui voyagent pour la première fois par la Porte, vous devez vous préparer à ce qui vous attend.

CARTER
J'ai mémorisé de façon pratique votre rapport de la première mission. J'aimerais penser que je me suis préparée pour cela toute ma vie.

KAWALSKY
Je pense que ce que le Colonel veut dire, c'est : « avez-vous été projetée depuis une simulation de catapultage de F-16 à 8 G ou plus ? »

CARTER
Oui.

KAWALSKY
(surpris)
Bien, c'est encore pire que ça.

FERRETTI
Au moment où vous arrivez de l'autre côté, vous êtes gelés à mort, comme si vous étiez passée au travers d'un blizzard, toute nue.

[Kawalsky et lui sourient.]

CARTER
Ceci est le résultat de la compression que vos molécules subissent durant la milliseconde nécessaire à la reconstitution.

O'NEILL
Oh, nous y voilà. Une autre scientifique. Général, pitié.

CARTER
Astrophysicienne théorique.

O'NEILL
Qui veut dire ?

HAMMOND
Qui veut dire qu'elle est plus intelligente et futée que vous, Colonel. Particulièrement en ce qui concerne la Porte des étoiles.

[Kawalsky et Ferretti pouffent de rire, O'Neill les regarde puis ils s'arrêtent brusquement.]

CARTER
Colonel, j'étudiais la technologie de la Porte depuis deux ans avant que Daniel Jackson la fasse fonctionner et avant que vous tous y passiez. J'aurais du y passer aussi à ce moment-là. Mais, Monsieur, vous et vos hommes devraient accepter le fait que je vais y passer cette fois-ci.

O'NEILL
Bien, avec tout le respect, Docteur, je…

CARTER
Il convient de se référer à une personne par son grade, non par son titre. Vous devez m'appeler « Capitaine », non « Docteur ».

HAMMOND
L'affectation du Capitaine Carter à cette unité n'est pas une option, c'est un ordre.

CARTER
Je suis un officier de l'Air Force comme vous, Colonel, et le fait que mes organes de reproduction soient àn l'intérieur au lieu d'être à l'extérieur ne veut pas dire que je ne peux pas supporter ce que vous pouvez supporter.

O'NEILL
(souriant et s'asseyant)
Oh, ceci n'a rien à voir avec le fait que vous soyez une femme. J’aime les femmes. J'ai juste un petit problème avec les scientifiques.

CARTER
Colonel, j'ai passé plus de cent heures dans l'espace aérien ennemi durant la Guerre du Golfe. Est-ce que c'est assez fort pour vous ? Ou doit-on s'affronter au bras de fer ?

[O'Neill lève ses sourcils en signe d'amusement.]

SAMUELS
Je déteste mettre un frein à votre enthousiasme, mais je continue de dire que le moyen le plus sûr et le plus logique de palier à ça est d'enterrer la Porte des étoiles, de la même manière que l'ont fait les Égyptiens de l'Antiquité, et rendre ainsi le retour des aliens impossible. C'est le seul moyen d'éliminer la menace.

O'NEILL
À part que ça ne marchera pas.

HAMMOND
Ça a marché auparavant.

O'NEILL
Ils savent qui nous sommes maintenant. Ils savent d'où nous venons. Nous sommes une menace pour eux. Ils ont des vaisseaux, Général. Râ en avait un qui était la taille des grandes pyramides. Ils n'ont pas besoin de la Porte des étoiles pour venir ici. Ils peuvent le faire à l'ancienne. Maintenant, avec tout le respect que je dois à Monsieur « le verre est à moitié vide » là-bas, ne pensez-vous pas que nous devrions plutôt utiliser la Porte des étoiles pour faire un peu de reconnaissance avant qu'ils décident de revenir…encore ?

HAMMOND
Je vous donne exactement vingt-quatre heures pour, soit revenir, soit envoyer un message. Pas de boite de Kleenex s'il vous plait. Sinon, nous assumerons le pire et enverrons une bombe par la Porte.

O'NEILL
Compris.

INT—SALLE DE LA PORTE

[La Porte des étoiles s'active. Le Colonel, son équipe et Hammond entrent dans la salle.]

HAMMOND
Essayez de suivre les ordres cette fois-ci, Colonel.

O'NEILL
Monsieur ?

HAMMOND
Cette fois-ci vous ramenez Daniel Jackson. Est-ce que c'est clair ?

O'NEILL
Oui, Monsieur.

[Ils se saluent.]

O'NEILL
On y va.

[Son équipe passe par la Porte des étoiles, laissant Carter et O'Neill au pied de la rampe.]

O'NEILL
Capitaine ?

CARTER
Oh, ne vous inquiétez pas, Colonel, je ne vous laisserai pas tomber.

O'NEILL
Bien. J'étais sur le point de dire : « Les dames d'abord ».

[Ils s'approchent de l'horizon des événements.]

CARTER
vous savez, vous m'apprécierez vraiment quand vous me connaitrez mieux.

O'NEILL
Oh, je vous adore déjà, Capitaine.

CARTER
(se tenant au pied de l'horizon des événements)
Mon Dieu. Regardez-moi ça ! Je veux dire, l'énergie que la Porte doit dégager pour créer un trou de ver stable est… elle est astronomique pour employer le terme exact !
(Elle le touche et il ondule.)
Vous pouvez en fait voir la fluctuation dans l'horizon des événements !

[O'Neill la pousse vers la Porte puis la suit.]

EFFET TROU DE VER

INT—SALLE DE LA PORTE DES ÉTOILES D'ABYDOS

[O'Neill émerge de la Porte qui s'évapore derrière lui. Son équipe est là prête à faire feu. Il s'approche de Carter qui est assise, penchée en avant.]

CARTER
Ugh. Je crois que je vais être malade, ugh.

O'NEILL
Peut-être que vous n'auriez pas du prendre ce déjeuner copieux, hein ?

[Ils s'avancent tous dans la salle apparemment vide quand soudain, des indigènes sortent de l'ombre et pointent des armes vers eux. ils armes leurs propres fusils — chacun mettant en joue l'autre. Puis Daniel surgit.]

DANIEL
Cha'hali! Cha'hali. Baissez vos armes.

[Les indigènes baissent leurs armes et se relaxent.]

DANIEL
Bonjour, Jack. Content de vous voir.

[O'Neill passe Daniel pour se diriger vers Skaara qui se tient derrière lui. Skaara le salue, O'Neill lui retourne le salut avec un sourire, puis les deux se font une accolade en riant.]

O'NEILL
Skaara !

SKAARA
O'Neill ! Je ne pensais pas te revoir un jour !

O'NEILL
(se tournant vers Daniel)
Daniel, comment allez-vous ?

DANIEL
Euh, Bien, et vous ?

O'NEILL
Bien mieux, maintenant que je vois que tout le monde va bien.

FERRETTI
(faisant le signe « longue vie et prospérité »)
Salutations de la Terre, Docteur Jackson.

DANIEL
(souriant)
Bonjour, Ferretti.

KAWALSKY
On vous a apporté un petit quelque chose, Daniel.

[Il donne à Daniel un paquet de mouchoirs en papier.]

DANIEL
Kawalsky.

[Sha're émerge doucement sur le côté de la salle. Daniel va la chercher.]

DANIEL
Sha're, n'aie pas peur.

[Elle le rejoint, et ils se tiennent ensemble.]

O'NEILL
Salut.
(Il lui tend la main)
C'est bon de vous revoir de nouveau.

[Ils se serrent la main.]

DANIEL
Alors, je me doutais que ce n'était qu'une question de temps avant que vous ayez à dire la vérité sur le fait que nous soyons toujours ici.

O'NEILL
Ouaip. Pourquoi la milice ? Est-ce quelque chose s'est passé ici ?

DANIEL
Non, c'est juste une précaution, pourquoi ?

[Carter les interrompt sans le savoir, étudiant le DHD.]

CARTER
Impressionnant. C'est ce qui manquait lors de la fouille à Gizeh. C'est comme ça qu'ils la contrôlent ! Ça nous a pris quinze années et trois super-ordinateurs pour « McGyveriser » un système sur Terre.

[Daniel montre à O'Neill un regard interrogateur. O'Neill hausse les épaules.]

O'NEILL
(à Carter)
Capitaine ?

CARTER
(clairement)
Regardez comment c'est tout petit !

O'NEILL
Capitaine !

[Elle se retourne finalement. Elle salue Daniel.]

CARTER
Oh oui, excusez-moi. Docteur Jackson, je présume. Je suis le Docteur Samantha Carter.

[Carter et Daniel se serrent la main.]

O'NEILL
Je pensais que vous vouliez que l'on vous appelle « Capitaine » ?

DANIEL
Que se passe-t-il, Jack ?

O'NEILL
Six aliens hostiles sont passés par la Porte des étoiles sur Terre. Quatre personnes sont mortes, une est portée disparue.

KAWALSKY
L'un d'entre eux ressemblait à Râ, Daniel.

DANIEL
Eh bien, ils ne sont pas venus d'ici. Je veux dire que les garçons l'ont gardé constamment trente-six heures sur trente-six. Nous l'aurions su s'ils étaient passés par là.

O'NEILL
Eh bien ils sont bien venus de quelque part, Daniel. Je vais jeter un coup d'oeil aux alentours.

DANIEL
D'accord. Je pense que je peux vous aider à trouver qui c'était, mais, euh, on va devoir attendre que la tempête de sable s'arrête. Euh, nous étions sur le point de prendre notre diner. Pourquoi ne pas vous joindre à nous ?

INT—SALLE DE LA PORTE DES ÉTOILES D'ABYDOS, QUELQUE TEMPS PLUS TARD

[O'Neill, son équipe, Daniel et beaucoup d'Abydossiens sont rassemblés en cercle par terre, mangeant.]

DANIEL
Benna wah. Tout le monde goûte à ça.

SKAARA
À ça aussi.

[Il apporte des bols de liquide, dont un à O'Neill.]

O'NEILL
Qu'est-ce que c'est ?

SKAARA
Bois.

[Il lui tend un bol. O'Neill le sent.]

O'NEILL
Moonshine ? (NDT : il s'agit un alcool fort, sorte de bourbon distillé clandestinement, de manière illégale. En France on appellerait ça de la gnôle.)

SKAARA
Moon…shine?

O'NEILL
Ouais, moonshine, comme bibine et…Daniel, qu'est-ce que vous apprenez à ces gosses ?

SKAARA
(souriant)
Essaye.

O'NEILL
D'accord. Le moonshine de Skaara. Je vais en prendre un p'tit coup.
(il boit, puis recrache le tout soudainement)
Oh…Mon Dieu!

[Tout le monde rit.]

O'NEILL
(la voix raillée)
Doux, très doux.

SKAARA
Moonshine !

KAWALSKY
Nos petits soldats sont tous en train de grandir, Colonel.

O'NEILL
Ouais, j'en suis tellement fier. Whoa…

[O'Neill tend le bol à Carter.]

SKAARA
O'Neill…ton briquet ?

[Il lui tend le briquet.]

O'NEILL
Non, il est à toi, Je t'ai donné ça pour que tu le gardes. Tu te rappelles ?

SKAARA
Merci.

[Il s'en va.]

DANIEL
Vous savez, il ne l'a jamais quitté des yeux tout le temps que vous êtes parti.

O'NEILL
Ah bon ?

DANIEL
Alors donc…cet homme qui ressemble à Râ, il doit être venu par une autre porte.

CARTER
Quelle autre porte ?

O'NEILL
Une autre Porte des étoiles ?

CARTER
La Porte des étoiles ne débouche qu'ici.

DANIEL
Non, non, je pense que vous avez tort à ce sujet.

CARTER
J'étais là, nous avons essayé des centaines de permutations.

DANIEL
Mais vous n'aviez pas ce dont vous avez besoin.

O'NEILL
Daniel, de quoi parlez-vous donc ?

SKAARA
Daniel, la tempête est passée.

DANIEL
Je vais vous montrer. Sha're, ben quar ri, Jack et ses amis ont besoin de voir le vili tao an.

SHA'RE
Bonni wai ?

DANIEL
Je ne vais pas être long.

[Sha're l'embrasse passionnément, et tout le monde pouffe de rire, O'Neill, lui, regarde curieusement.]

SHA'RE
Au revoir, mon Daniel.

DANIEL
(stupéfait)
Au revoir.

KAWALSKY
Ferretti, gardez le fort.

FERRETTI
Oui, Monsieur.

EXT—SORTIE DE LA PYRAMIDE, ABYDOS, JOUR

[Kawalsky, O'Neill, Carter et Daniel sortent dans le désert brillant.]

KAWALSKY
Mes ayeux, J'peux pas dire combien cet endroit m'a manqué.

DANIEL
Allons-y.

CARTER
C'est vraiment incroyable.

INT—CAVERNE

[Les torches indiquent un tunnel entrant à l'intérieur de la pyramide.]

DANIEL
Donc, je me suis douté qu'il y avait plus que la pyramide. J'ai donc commencé à explorer, pour commencer la zone autour de la ville et la pyramide en premier. Et puis au bout d'un mois, j'ai trouvé cet endroit. Euh, Capitaine Docteur, vous allez adorer ça.

[Les torches eclairent une grande pièce avec des dessins élaborés sur les murs.]

CARTER
Oh mon Dieu. C'est impressionant. Il s'agit de la découverte archéologique du siècle.

O'NEILL
Daniel, Avez-vous eu une opportunité de traduire ça déjà ?

DANIEL
Je pense.

O'NEILL
Qu'est-ce que ça dit ?

DANIEL
Eh bien, euh, ça ne veut rien dire. En fait, il s'agit d'une sorte de tableau, un peu comme une…carte.

O'NEILL
De?

DANIEL
Bien, je n'ai pas encore été capable de tout analyser, mais regardez moi ça. Cela prendrait ma vie entière pour le faire.

O'NEILL
Eh bien Daniel, nous n'avons pas tout ce temps. De quelle carte s'agit-il ?

DANIEL
En fait, les cartouches semblent être séparés clairement en groupe. Chaque groupe est attaché aux autres par une série de lignes. Et chaque groupe de glyphes contient sept symboles. Donc vous pouvez voir où cela mène, bien sûr.

O'NEILL
Dites-le nous malgré tout.

DANIEL
Tous les symboles se trouvent sur la Porte des étoiles de la chambre d'Abydos. J'ai aussi réussi à les localiser dans la nuit étoilée d'Abydos. Jack, je pense qu'il s'agit d'une carte représentant un vaste réseau de Portes des étoiles qui sont…qui se trouvent dans toute la galaxie.

CARTER
Euh, je pense pas que cela soit ça, Docteur.

DANIEL
Pourquoi ?

CARTER
Bien, après que le Colonel O'Neill et son équipe soient rentrés, mon équipe a essayé des centaines de permutations de symboles en utilisant la Terre comme point d'origine, et ça n'a jamais fonctionné.

DANIEL
J'ai essayé de la même manière ici, et cela n'a pas plus fonctionné. Mais j'ai supposé que les destinations que j'ai essayées étaient soit détruites, soit ensevelies. Mais, euh, je veux dire que sûrement certaines d'entre-elles doivent encore exister.

CARTER
Je ne pense pas..

CARTER
Alors, d'où venait donc votre pseudo-Râ ?

CARTER
Euh…

DANIEL
Écoutez, je n'ai pas la prétention de tout connaître en astrophysique, mais les planètes ne changent-elles pas. Je veux dire, euh, l'univers qui s'étend ou quelque chose dans ce genre, ça ne peux pas rendre cette carte caduc ?

CARTER
Je savais que je vous apprécierais.

DANIEL
Vous voulez dire que j'ai raison ?

CARTER
Selon le modèle d'expansion de l'univers, tous les corps présents dans l'univers sont constamment en train de s'écarter l'un l'autre…

DANIEL
Donc, des milliers d'années après la construction de la Porte des étoiles…

CARTER
Toutes les coordonnées ont pu changer.

DANIEL
Mais pourquoi ça fonctionne toujours entre Abydos et la Terre ?

CARTER
Abydos est probablement la planète du réseau la plus proche de la Terre. Je veux dire par là, plus proches sont les planètes, moins grandes sont les différences en position relative à cause de l'expansion — à l'opposé, la différence se voit. Encore quelques milliers d'années, et cela ne marcherait plus non plus entre la Terre et Abydos.

DANIEL
À moins que vous ne puissier ajuster le déplacement.

CARTER
Exact, maintenant que nous avons cette carte comme base, cela devrait être facile. Tout ce que nous avons à faire est de faire la correction de l'Effet Doppler. Alors, je devrais pouvoir arriver à définir un modèle informatique qui puisse prédire les ajustements nécessaires afin que la porte puisse fonctionner de nouveau.

[Kawalsky et O'Neill se regardent.]

KAWALSKY
Ok, donc, à quoi devons-nous nous attendre ?

CARTER
N'importe quelle civilisation assez avancée pour avoir construit cette porte a du être capable de compenser 50 000 ans de dérive stellaire.

O'NEILL
Donc… la Porte des étoiles peut aller à d'autres endroits ?

CARTER
Les aliens ont pu venir de n'importe où.

INT—SALLE DE LA PORTE DES ÉTOILES D'ABYDOS

[Les Abydossiens parlent et rient avec l'équipe et Ferretti. Ils regardent Sha're marcher devant eux.]

FERRETTI
Mon vieux, On peut tirer notre chapeau à Daniel. C'est vraiment une jolie femme.

[Ils se retournent au moment où la Porte des étoiles commence à s'activer.]

SOLDAT
On a de la compagnie, les gars ! Allez, Allez ! Tout le monde se met à couvert !

[Ils se cachent dans les recoins de la salle, se cachant derrière les piliers, tenant leurs armes prête au moment où la Porte des étoiles s'ouvre. Les gardes Goa'uld s'avancent et commencent à tirer immédiatement, touchant quelques Abydossiens. Ils répondent par le feu, de même que l'équipe SG. Les Goa'uld prennent le dessus rapidement et Apophys regarde au moment où ils descendent l'équipe SG. Skaara aperçoit Sha're et fait feu sur les Goa'uld.]

SKAARA
Sha're, shim rota! Shim rota!

[Ils la saisissent. Elle crie et Skaara s'avance mais son fusil est enrayé. Il essaye de se battre mais se trouve maintenu par Teal'c.]

SHA'RE
Non ! Skaara !

[Le casque de Teal'c s'ouvre pour révéler son visage à Skaara pendant qu'il le tient. Pendant ce temps, Sha're se bat toujours avec un autre garde.]

SHA'RE
Non ! Non ! Skaara !

TEAL'C
Ceci n'est pas ton arme. Où l'as-tu obtenue ?

[Skaara lui crache au visage. Teal'c l'amène à Apophis, qui ouvre son casque.]

APOPHIS
Bon choix, Teal'c. Un spécimen parfait.

[Apophis lève son gant et anéstésie Skaara avec.]

SHA'RE
Non ! Non ! Arrêtez ! Arrêtez ! Skaara ! Skaara !

[Elle est amenée vers Apophis. Il observe son visage.]

APOPHIS
Peut-être es-tu l'élue.

[Il l'anésthésie avec le gant. Un garde appelle la Porte des étoiles. Ferretti, blessé et tout juste conscient, regarde les symboles. Ils quittent passant par la porte emportant Sha're et Skaara. Le trou de ver se désactive. Les Abydossiens émergent au moment où Daniel et les autres reviennent.]

DANIEL
Sha're!
(Il se dirige vers un Abydossien blessé)
Bolaa…

BOLAA
Ils étaient trop…ils étaient trop nombreux…

DANIEL
Quoi ?

BOLAA
Trop nombreux…

DANIEL
Ça va aller. Dis-moi seulement ce qui s'est passé.

BOLAA
C'était Râ…

O'NEILL
Qu'est-ce qui se passe ?

DANIEL
Râ est mort. Tao qua Râ.

BOLAA
Non…Râ. J'ai vu…il a pris Sha're, il a pris Skaara…vers le Chappa'ai.

DANIEL
Où ça, as-tu vu ? As-tu vu ?

[Les yeux de Bolaa se ferment lentement, et il meurt.]

KAWALSKY
Que se passe-t-il Daniel. Peut-il y avoir un autre Râ ?

DANIEL
Bon sang, comment le saurais-je ? J'aurais dû laisser cette barricade élevée. Tout ça c'est de ma faute.

O'NEILL
(tâtant le pouls au niveau de cou d'un soldat)
Allez, allez.

CARTER
(À côté de Ferretti)
Colonel, Ferretti a besoin d'une aide médicale tout de suite !

DANIEL
Allez-y, aidez-le, je peux vous renvoyer.

O'NEILL
Vous venez avec nous cette fois-ci, Daniel. J'ai reçu des ordres.

DANIEL
(rigole nerveusement)
J'en ai rien à faire de vos ordres, Colonel. Ma femme n'est plus là, ainsi que Skaara.

O'NEILL
Et le seul moyen de les retrouver est que vous veniez avec nous. Ferretti a dû voir ces coordonnées. Capitaine, avez-vous la vidéo ?

[Elle lui montre le caméscope.]

CARTER
J'ai pris tout ce dont j'avais besoin.

FERRETTI
(faiblement)
Trop nombreux…

[Daniel regarde autour de lui ses amis, certains mourant, d'autres en deuil.]

DANIEL
(leur faisant signe de venir vers lui)
Ni-ya. Ni-ya.
(ils se rassemblent autour de lui)
Après que nous serons passés par le Chappa'ai, vous devez l'ensevelir comme nous l'avions fait avant et puis quittez ce lieu.

ABYDOSSIEN
Tu reviens ?

DANIEL
Non, je ne peux pas. Personne ne peut. C'est ce que je veux vous dire. Pas avant… très longtemps. Maintenant, dès que nous serons partis, je veux que vous la fermiez, l'enterriez, que vous mettiez une dalle énorme et lourde par dessus — rien de bon ne peut venir par cette porte. Est-ce que vous me comprenez ?

ABYDOSSIEN
Tu es venu par cette porte, Daniel.

DANIEL
Vous vous rappelez cette histoire que je vous ai racontée  Comment les Égyptiens de l'Antiquité de retour sur Terre se sont débarrassés de Râ ? Eh bien, c'est exactement ce que vous devez faire. Ensuite, d'ici un an… un an à partir de ce jour, vous enlèverez la dalle. J'essaierai de ramener Sha're à la maison avec moi ce jour-là. Mais si je ne réussis pas, si je ne reviens pas, vous devez ensevelir la porte une nouvelle fois pour toujours, joa qua ? Dites-le au père de Sha're — d'ici un an.

[Sa voix se tait et tous le serrent dans leur bras, lui disant adieu. Ensuite, il les libère et commence à appeler la porte sur le DHD.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[La Porte des étoiles s'active.]

TECHNICIAN
(par l'intercom)
Tenez-vous prêts pour l'arrivée, Tenez-vous prêts pour l'arrivée.

[Les portes blindées se ferment et les soldats se tiennent prêts sur la rampe au moment où le trou de ver se forme. L'équipe apparait, O'Neill et Carter portant Ferretti, et d'autres portant un autre membre de l'équipe blessé. Samuels et Hammond entrent.]

KAWALSKY
Appelez l'infirmier !

SAMUELS
(par son poste)
Fermez l'iris ! Fermez l'iris !

[L'iris de métal se ferme sur la Porte des étoiles, et O'Neill se retourne sous l'effet de surprise, son arme prête.]

TECHNICIEN
(par l'intercom)
Trou de ver désactivé.

O'NEILL
(à Hammond)
Mais qu'est-ce que c'est que ça, Monsieur ?

HAMMOND
C'est notre assurance contre d'autres surprises. C'est du titane pur, espérons-le impénétrable.

[Il regarde au moment où les infirmiers posent Ferretti sur un brancard.]

INFIRMIER
Posez la gaze sur lui. Nous devons arrêter l'hémorragie de sa jambe.

HAMMOND
(à O'Neill)
Que s'est-il passé, Colonel ?

O'NEILL
Le camp de base a été frappé pendant que l'on était en reconnaissance, Monsieur.

HAMMOND
Les mêmes ennemis qui nous ont attaqués ?

O'NEILL
C'est une bonne supposition. La femme de Jackson et l'un de nos gosses ont été kidnappés.

HAMMOND
(surpris)
Vos gosses ?

O'NEILL
De la mission précédente, Monsieur.

DANIEL
Général, salut. Je suis Daniel Jackson, nous ne nous sommes jamais rencontrés, euh, j'aimerais faire partie de l'équipe qui va les poursuivre.

[Il tend sa main pour serrer celle de Hammond. Hammond lui tend seulement un regard dur.]

HAMMOND
Vous n'êtes pas en position de réclamer quelque chose, Jackson.

[Il s'avance sur la rampe pour voir les blessés.]

EXT—PALAIS D'APOPHIS, CHULAK, JOUR

INT—CELLULE DE DÉTENTION

[Teal'c et des gardes entre dans une cellule de détention pleine d'humains terrorisés. Teal'c désigne Sha're.]

TEAL'C
C-Chel nok, elle.

SKAARA
Na ne!

SHA'RE
Non ! Non ! Skaara !

[Sha're est saisie et Skaara est stoppé net par des lances Goa'uld dirigées vers sa tête.]

TEAL'C
Ta mort ne peut pas l'aider.

[Sha're est emmenée et les gardent quittent les lieux.]

SHA'RE
Je n'ai pas peur de vous !

[Ils ferment les portes derrière eux et Skaara accourt vers les portes, espérant les poursuivre.]

INT—INFIRMERIE

[O'Neill, en vêtements civils, s'approche du lit de Ferretti où Kawalsky est assis à coté, tenant un café. Il a l'air fatigué.]

O'NEILL
Le doc a dit qu'il va s'en tirer.

KAWALSKY
Oui, Monsieur.

O'NEILL
Vous allez rester ici toute la nuit ?

KAWALSKY
Oui, Monsieur.

INT—COULOIR

[O'Neill marche sur le point de sortir, et voit Daniel, se tenant contre un mur, un peu perdu. Daniel porte maintenant un vêtement de l'Air Force.]

O'NEILL
Hé.

DANIEL
Ils ne savent pas quoi faire de moi. Et je ne sais pas non plus ce que je dois faire.

O'NEILL
Allez, sortons d'ici.

[O'Neill s'en va et Daniel le suit.]

INT—MAISON DE O'NEILL

[O'Neill sort deux bières du réfrigérateur, les amène dans le salon où Daniel attend ici. Daniel éternue, sortant son mouchoir juste à temps.]

O'NEILL
Joli prise.

DANIEL
Merci, désolé. Les voyages par la Porte semblent toujours me causer des allergies…
(il se mouche le nez)
Désolé.

[Il prend la bière.]

O'NEILL
Donc, vous disiez.

DANIEL
Enfin, hum, aussitôt que vous êtes partis, ils ont soudain réalisé qu'ils étaient libres. Je veux dire, Abydos était enfin à eux..

O'NEILL
Vous avez fait la fête, n'est-ce pas ?

DANIEL
Oh ouais, une fête énorme, énorme. Ils m'ont considérés comme leur sauveur, c'était hum… embarrassant.

O'NEILL
C'est étonnant qui vous soyez restés vous-même.

DANIEL
Eh bien, si ce n'était pas pour Sha're, je serais probablement…
(il s'arrête, pensant à elle)
Elle était l'opposée de tous les autres.
(il s'assoit)
Elle était pliée de rire à chaque fois que j'essayais de faire une tâche qu'eux faisaient sans y penser. Comme, hum, écraser de la farine de yaphetta. Je veux dire, avez-vous déjà essayer de faire votre propre farine ?

O'NEILL
J'essaye de m'imaginer la scène avec la farine.

DANIEL
(riant)
Ce truc me va droit à la tête.
(prenant une autre gorgée de bière)
Enfin, quelle heure est-il ? Je dois avoir un décalage à cause de la porte ou quelque chose dans ce genre.

O'NEILL
Daniel, bon sang, vous n'avez eu qu'une bière. Vous tenez encore moins bien que ma femme.

DANIEL
Oui, au fait, quand vais-je rencontrer votre femme ?

O'NEILL
Oh, probablement… euh, jamais. Après que je sois revenu d'Abydos la première fois, elle était déjà partie.

DANIEL
Je suis désolé.

O'NEILL
Ouais, moi aussi. Je pense que dans son cœur, elle m'a pardonné pour ce qui est arrivé à notre gamin, simplement… elle ne pouvait pas oublier.

DANIEL
Et vous ?

O'NEILL
Je suis l'opposé. Je ne me pardonnerai jamais, mais quelquefois, je peux oublier. Quelquefois.

[Il prend une autre gorgée de bière. Ils s'assoient, silencieux.]

INT—PALAIS D'APOPHIS'S, UNE AUTRE CELLULE DE DÉTENTION

[La femme soldat est maintenant habillée avec une robe en voile, assise dans une salle pleine de femmes vêtue de la même manière. Sha're se trouve aussi là. Teal'c et des des gardes entrent, il désigne la femme soldat.]

TEAL'C
Toi.

[Ses gardes se dirigent vers elle et la tirent.]

FEMME SERGENT
Où m'emmenez-vous ? Je suis sergent dans l'U.S. Air Force. J'exige de savoir où vous m'emmenez ! Laissez-moi !

INT—CHAMBRE D'IMPLANTATION

[Teal'c et les gardes traînent la femme sergent dans la chambre.]

FEMALE AIRMAN
Lâchez-moi ! Où diable m'emmenez-vous ?

[Apophis entre dans la chambre.]

APOPHIS
Viens.
(Ils l'amènent devant lui)
Jolie. Pleine de vie.
(Il l'hypnotise avec son gant.)
Tu seras peut-être le vaisseau pour ma future reine.

[Elle est paralysée, et ils lui retirent ses vêtements. Apophis l'observe.]

APOPHIS
Oui. Très jolie en effet. Mais ce n'est pas à moi que tu dois plaire à la fin.

[Ils l'allongent sur l'autel au centre de la chambre et Apophis appelle sur le côté de la chambre, derrière un rideau.]

APOPHIS
Yametha, kree !

[Une femme Jaffa sort et se tient devant le soldat. Depuis la poche de la prêtresse Jaffa, un symbiote sorte, comme regardant la femme.]

APOPHIS
Est-ce qu'elle te plait, mon amour ?

[Le symbiote repart dans sa poche et la prêtresse s'en va. Apophis revient, déçu.]

APOPHIS
Une honte.
(Il étend sa main et tue le soldat avec son gant.)
Envoies-en une autre.

INT—SALLE DE RÉUNION

[Hammond entre dans la salle à moitié pleine. Samuels l'annonce.]

SAMUELS
Mesdames et messieurs, le Général Hammond.

HAMMOND
Messieurs, ce qui est discuté dans cette pièce est classé top secret SCI (NDT : Informations Classées Sensibles). Colonel, Que connaissons-nous de plus sur ces ennemis par rapport à hier ?

[Ils s'assoient tous.]

O'NEILL
Pas grand-chose de plus, Général. Les gamins d'Abydos qui ont survécu à l'attaque du camp de base pensaient que c'était Râ..

HAMMOND
Je pensais qu'il était mort, messieurs. Ce qu'il est ?

DANIEL
Oh il est mort, il est vraiment mort, je veux dire… la bombe… il doit être mort, exact ?

HAMMOND
Alors, qui est venu par la Porte des étoiles ?

DANIEL
Des dieux.

HAMMOND
Quoi ?

DANIEL
Non pas un dieu «Dieu». Râ se faisait passer pour un dieu, le dieu-soleil. Il a apporté la religion et la culture aux Égyptiens de l'Antiquité en même temps que la porte et il a utilisé tout ça pour les réduire en esclavage. Vous voyez, il voulait que le peuple d'Abydos croient qu'il était le seul.

CARTER
Donc vous êtes en train de dire que Râ n'est pas le dernier de sa race après tout ?

KAWALSKY
Peut-être qu'il avait un frère Ray !

O'NEILL
On avait bien besoin de ça.

DANIEL
Attendez une minute. La légende dit que la race de Râ était mourante, il a survécu en prenant possession du corps de son hôte humain, un garçon égyptien. Mais qui pourrait dire que d'autres de son espèce n'aient pas fait la même chose ? Je veux dire par là, cela aurait pu se passer n'importe quand, n'importe où, partout où il y a une porte. Cela pourrait même se passer maintenant.

HAMMOND
Colonel c'est vous qui avez le plus d'expérience sur comment combattre l'ennemi, supposant que vous deviez vous défendre sur le terrain, pourriez-vous les vaincre ?

O'NEILL
Nous les avons battu déjà une fois.

HAMMOND
Je prends ça pour un peut-être. Capitaine Carter, vous êtes certaine que cette Porte des étoiles nous emmènera là où nous voulons aller avec ces nouvelles informations ?

CARTER
Bien, on est en train de rentrer les coordonnées révisées dans l'ordinateur cible en ce moment-même. Cela prendra du temps pour faire le calcul, mais cela devrait nous sortir deux ou trois destinations par mois.

HAMMOND
Messieurs, ne jouons pas les ignorants. Cette chose est à la fois vaste et dangereuse, et cela nous dépasse tellement que l'on peut tout juste distinguer la lumière du jour. Nous nous sentirions nettement mieux si la Porte des étoiles avait été laissée dans la terre.

CARTER
Avec tout le respect que je vous dois, Monsieur, nous ne pouvons pas rester là à faire l'autruche. Je veux dire par là, pensez à tout ce que nous pouvons apprendre, pensez à tout ce que nous pourrions rapporter.

HAMMOND
Ce que vous pourriez rapporter est précisément ce que je crains, Capitaine. Cependant le Président des États-Unis semble être en accord avec vous. Au cas où vos théories seraient exactes, il a ordonné la formation de neuf équipes, qui auront pour tâche de faire de la reconnaissance, déterminer les menaces et si possible, établir des contacts pacifiques avec les peuples de ces mondes. Maintenant, ces équipes opèreront sous le couvert d'opérations top secrètes. Personne ne connaîtra leur existence à par le Président et les chefs d'état-major. Colonel O'Neill ?

O'NEILL
Monsieur ?

HAMMOND
Votre équipe portera le nom de SG-1. L'équipe consistera en vous-même, le Capitaine Carter…

DANIEL
Et moi ?

HAMMOND
Docteur Jackson, nous avons besoin de vous pour travailler comme consultant avec les autres équipes SG d'ici. Votre expertise sur les cultures et langues anciennes sont trop précieuses…

DANIEL
Non. Hum, écoutez, je, je sais que c'est votre décision, mais je dois… vraiment faire partie de leur équipe. Ma femme se trouve quelque part ailleurs, Général, j'ai besoin d'y aller.

HAMMOND
Je vais prendre ce point en considération. Major Kawalsky, vous dirigerez SG-2.

KAWALSKY
Vraiment 

HAMMOND
Le Colonel O'Neill n'arrête pas de me dire qu'il est temps pour vous d'avoir un commandement.

[Kawalsky se tourne vers O'Neill qui hausse les épaules.]

O'NEILL
J'ai eu un moment de faiblesse.

[Un soldat entre et donne une note à Samuels.]

SAMUELS
Ferretti est conscient, Monsieur.

[O'Neill se lève et quitte la salle.]

HAMMOND
Rompez.

[Tous le suivent.]

INT—INFIRMERIE

[Ferretti est adossé sur son lit, un œil bandé, avec un ordinateur portable sur la table au-dessus de son lit. Carter se dirige à côté de lui.]

CARTER
(à l'infirmière)
Je vais m'en occuper maintenant. Merci.

O'NEILL
Ferretti, je sais que vous n'êtes probablement pas au mieux, mais nous avons besoin de quelque chose de votre part.

[Carter regarde ce qu'il tape sur l'écran du portable.]

CARTER
On dirait qu'il vous a devancé, Colonel.

[Ils regardent pendant qu'il appelle sept symboles de porte.]

O'NEILL
Vous avez vu les sept symboles ? C'est de là qu'ils sont venus ? Vous êtes sûr ?

FERRETTI
Mmm…

INT—COULOIR, PLUS TARD

[SG-1 et Samuels marchent le long du couloir, habillés pour le voyage.]

SAMUELS
Colonel, j'aimerais vous rappeler que sauver la femme du Docteur Daniel est un objectif secondaire. Dans le cas où vous échoueriez à avertir la base dans les 24 heures, SG-2 annulera la mission et retournera sans vous.

O'NEILL
Compris.

KAWALSKY
Cela n'arrivera pas Colonel. SG-2 ne partira pas sans vous.

SAMUELS
D'accord, confirmons les codes de transmission. Rappelez-vous que seul le bon code ouvrira l'iris, et que si vous perdez votre transmetteur, vous ne pouvez pas rentrer.

CARTER
Compris, Monsieur.

[Ils entrent dans la Salle de la Porte au moment où la porte s'active.]

HAMMOND
(via l'intercom)
SG-1, SG-2, si vous ne revenez pas dans les 24 heures, les codes de vos transmetteurs à distance seront verrouillés et l'iris sera scellé en permanence. À ce moment précis, il n'y aura de retour possible. Est-ce que c'est compris ?

O'NEILL
Oui, Monsieur.
(Il salue puis dit à son équipe)
Allez, on y va.

[Ils s'avancent sur la rampe, Daniel est avec eux.]

SAMUELS
(à Kawalsky)
J'aurais souhaité venir avec vous.

KAWALSKY
Ah bon ? Je suis plutôt ravi que vous restiez ici.

SOLDAT
Allez, allons-y, les gars.

[Ils passent au travers, avec un FRED plein de matériel les accompagnant.]

EXT—CHULAK, JOUR

[Ils sont propulsés hors du trou de ver et doucement, se remettent debout. Ils sont tous couverts de givre.]

KAWALSKY
Bon sang, qu'il fait froid.

O'NEILL
OK, tout le monde, on ne reste pas les bras croisés, on y va.

DANIEL
(éternue)
Quelqu'un a un Kleenex ?

INT—PALAIS D'APOPHIS, CELLULE DE DÉTENTION DES FEMMES

[Teal'c pointe son doigt en direction de l'endroit où est assise Sha're.]

TEAL'C
Toi.

[Ils la saisissent.]

SHA'RE
Non ! Non !

EXT—CHULAK, LA PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[Daniel se trouve en face du DHD.]

DANIEL
Euh, ce doit être une sorte de lieu de cérémonie, la porte est… doit sûrement faire partie intégrante de leur culture spirituelle. Ce lieu a été construit pour des adorateurs.

O'NEILL
Ouais, eh bien, essayons seulement d'être loin d'ici avant que les adorateurs ne se montrent, hein ? Vous arriverez à aligner cette porte pour nous ramener à la maison ?

DANIEL
Ouais, l'appareil est le même que celui d'Abydos, ce symbole représente…

O'NEILL
Vous l'avez montré à l'équipe de Kawalsky ?

DANIEL
Oui, ce symbole représente…

O'NEILL
Bon travail.

[O'Neill tape sur l'épaule de Daniel puis se dirige vers Kawalsky.]

KAWALSKY
Nous devons monter le camp là où il y a une meilleure couverture Colonel.

CASEY
Messieurs, j'ai trouvé quelque chose qui ressemble à une piste dans la montagne. On dirait qu'il y a eu du mouvement ces derniers jours.

O'NEILL
Merci, Aviateur.
(à Carter)
Carter ?

CARTER
J'ai établi une ligne de claymores (NDT : il s'agit de mines anti-personnel) tout le long de cette crête à dix mètres d'intervalle.

O'NEILL
Tout ça me semble bien, Kawalsky ?

KAWALSKY
Ouais, ça va marcher.

[Carter le fusille d'un regard dégoûté et continue à étaler le câble.]

INT—CHAMBRE D'IMPLANTATION

[Sha're est amenée à l'intérieur, frappant les gardes.]

SHA'RE
Non !

APOPHIS
Approche.

SHA'RE
Non, ! Non, ! Non, !

[Elle mord l'un des gardes.]

APOPHIS
(riant)
Celle-ci a de l'esprit !

[Il la paralyse avec son gant, les gardes retirent ses vêtements, la place sur l'autel. La prêtresse sort et son symbiote apparait depuis la poche.]

APOPHIS
Est-ce qu'elle te plait, mon amour ?

[Le symbiote sort et se déplace sur l'estomac de Sha're. Les gardes la retourne et il entre en elle par le cou. Elle hurle de douleur. Teal'c observe la scène stoïquement.]

EXT—CHULAK, JOUR

[Le FRED ouvre la route alors que SG-1 et SG-2 cherchent un endroit pour ériger le camp de base.]

KAWALSKY
Ceci ressemble à un bon point de vue ici.

[Ils s'arrêtent.]

O'NEILL
Bon, si nous ne sommes pas de retour dans 20 heures…

KAWALSKY
Nous arrivons pour sauver vos miches.

O'NEILL
Négatif, vous repassez par la porte avec la combinaison que Daniel vous a donnée à l'instant avant que l'iris se verrouille et que vous ne puissiez revenir.

KAWALSKY
Oui, monsieur.

[Il salut O'Neill, qui retourne le salut avec un sourire.]

O'NEILL
Gardez bien le fort.

KAWALSKY
Ramenez-moi un T-shirt.

[SG-1 s'en va.]

CARTER
Donc, Docteur Jackson, dites m'en un peu plus sur Sha're. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

DANIEL
Sha're, eh bien, elle est un…

O'NEILL
Elle était un cadeau.

DANIEL
Elle l'était, en fait, de la part des anciens d'Abydos la première fois que nous étions là-bas.

CARTER
(scandalisée)
Et vous avez accepté ?

O'NEILL
Stop.

DANIEL
Quoi ?

[Il leur montre de se mettre à couvert, et ils observent un groupe de personne suivant le chemin habillés en robes et tenant des batons.]

O'NEILL
D'accord Capitaine, prenez position à 25 mètres…

[Daniel sort de la couverture et se place devant les personnes.]

O'NEILL
Oh bon sang !

DANIEL
(aux aliens)
Salut, hum…

O'NEILL
(sortant de la cache avec Carter)
Cet homme n'a pas changé.

DANIEL
Euh, n-n-nous sommes venus de la Porte des étoiles.
(Il n'obtient pas de réponse.)
Euh, le euh, Chappa'ai…?

ALIEN
Chappa'ai !

[Tous les aliens se prosternent en révérence.]

DANIEL
Oh, s'il vous plait, ne faites pas ça.

O'NEILL
Des amis à vous ?

DANIEL
À moins que nous voulions nous donner une mauvaise réputation, je pense que nous devrions éviter de descendre les premières personnes que nous rencontrons sur une nouvelle planète.

[Il repousse les armes d'O'Neill et de Carter, pour se retourne vers les aliens qui prosternent leur tête.]

DANIEL
Oh, s'il vous plait, vous n'avez pas à faire ça.

[Il relève le leader sur ses pieds.]

ALIEN
Chula a lazla?

DANIEL
Lazla…? Choisir… Ils veulent savoir si nous sommes ici pour choisir.
(O'Neill fait 'oui' de la main)
Euh, oui, nous… nous pouvons choisir… choisir, c'est bien.
(à O'Neill)
Il s'agit euh, d'une dérivation de l'Arabe combinée avec…

O'NEILL
Ouais, ouais, d'accord, peu importe. Demandez-leur seulement de nous emmener dans le village ou la ville la plus proche.

DANIEL
(aux aliens)
Euh, pouvez-vous nous emmener à, euh, hum, arush ? Arush ?

ALIEN
Yah, alla. Chulak. Chulak.

[Il montre le chemin.]

O'NEILL
Chulak, hein ?

[Ils suivent les aliens vers une colline d'où ils aperçoivent une ville.]

ALIEN
Chulak !

DANIEL
Chulak, ça-ça sonne bien.

O'NEILL
J'ai entendu dire que c'est joli en cette période de l'année.

[Ils marchent vers le village, entrent dans une cour intérieure puis dans une pièce où des gens mangent et festoient. La salle devient silencieuse quand les aliens les annoncent.]

ALIEN
Atuhara a lazla.

[Ils sont conduits vers des places autour d'une table sur le sol. Tous les gens sont étonnés de les voir.]

CARTER
Pourquoi nous traitent-ils de la sorte ?

DANIEL
Ils pensent que nous sommes des dieux.

O'NEILL
OK, nous sommes des dieux. Et maintenant, quoi ?

DANIEL
J'en ai aucune idée.

[Quelqu'un souffle dans un instrument donnant un son très grave et tous les gens se prosternent. Daniel se prosterne aussi, observant les autres.]

DANIEL
C'était comme ça à Rome.

[Des bruits de pas lourds s'approchent. SG-1 baissent leur tête et observent une troupe de Jaffa entrer dans la pièce, puis Teal'c et enfin Apophis et Sha're à ses côtés.]

APOPHIS
Et voici, votre Reine.

[Il retire le voile de Sha're.]

DANIEL
Sha're ?

[Il se lève pour aller vers elle.]

APOPHIS
Prosternez-vous devant votre reine !

[Daniel s'arrête brutalement.]

DANIEL
Sha're, c'est moi.

[Daniel commence à marcher doucement vers sa femme. Les yeux de Sha're flamboient et Apophis lève son gant, l'utilisant pour balancer Daniel à travers la pièce contre un mur à l'opposé. Daniel, s'effondre, inconscient. O'Neill lève son arme pour tirer sur Apophis, mais Sha're se met en travers. O'Neill ne tire pas, sous le choc de la scène. Un garde frappe O'Neill sur la tête, le mettant KO.]

INT—SALLE DE RÉUNION DU SGC

[Samuels entre trouvant Hammond seul dans la pièce sombre.]

SAMUELS
Vous vouliez me voir, monsieur ?

HAMMOND
Une fois que nous avons scellé l'iris, nous pouvons toujours avoir une transmission de nos équipe ?

SAMUELS
Oui, monsieur, mais nous ne pouvons pas être certains que ce ne soient pas les aliens. Ou bien un de nos hommes sous la pression de la torture. Sceller la Porte des étoiles est le meilleur moyen…

HAMMOND
Combien leur reste-t-il de temps ?

HAMMOND
Juste un peu moins de deux heures, monsieur.

INT—PALAIS D'APOPHIS, PRISON

[Daniel est étendu sur le sol inconscient, murmurant. Carter essaie de le réveiller.]

CARTER
Daniel… Daniel…

DANIEL
(se réveillant)
Whoa… Sha're !

CARTER
Whoa, doucement, vous avez été inconscient pendant des heures.

DANIEL
Non, je l'ai vue.

CARTER
Je sais, nous aussi.

DANIEL
J'ai vu Sha're, elle était…

[Il se lève, réalisant qu'ils étaient dans une nouvelle salle. O'Neill revient vers eux.]

O'NEILL
Eh bien, s'il existe un moyen de sortir d'ici, je ne l'ai pas encore trouvé. Mais regardez qui j'ai trouvé.

[Skaara s'approche d'eux.]

SKAARA
Daniel ! Tu vas bien.

DANIEL
Je pense.

[Skaara serre Daniel dans ses bras. Il tousse et ils le posent doucement sur le sol.]

O'NEILL
Doucement mon bonhomme. Bienvenue dans le monde des conscients.

SKAARA
O'Neill m'a appris pour Sha're.

DANIEL
Jack, aidez-moi. Nous pouvons encore la récupérer.

O'NEILL
Daniel… non. Si nous n'arrivons pas à trouver un moyen de sortir d'ici, la mission échouera de toute manière. Ils vont sceller la porte dans un peu plus de 90 minutes. Allons Skaara, cherchons un moyen de sortir d'ici.

[Un garde, Teal'c, empoigne fortement le bras d'O'Neill.]

O'NEILL
Aïe !

TEAL'C
Qu'est-ce que c'est ?

O'NEILL
(mal positionné)
C'est une montre.

TEAL'C
(révélant son visage)
Ce n'est pas de la technologie Goa'uld. D'où venez-vous ?

O'NEILL
Terre. Chicago si vous voulez un peu plus de précision.

TEAL'C
Vos mots ne veulent rien dire. D'où venez-vous ?

DANIEL
Euh, excusez-moi…
(Il dessine un symbole sur le sol)
Voici d'où nous venons.

[Teal'c efface le symbole d'une ligne et s'en va.]

EXT—CHULAK, CAMP DE BASE, AUBE

[Kawalsky sort d'une tente sous le vent et regarde l'horizon.]

KAWALSKY
Warren, allez, debout. Le soleil… les soleils se lèvent. Tout va bien aller pour nous.

WARREN
Nous ne pouvons pas subir une autre nuit comme celle-ci, Capitaine.

KAWALKSI
Ouais, il fait un peu frisquet sur cette planète la nuit. Le colonel aurait dû nous envoyer un message radio maintenant..

WARREN
Quand avez-vous à prendre votre décision, retourner ou non par la Porte des étoiles ?

KAWALSKY
Ce sera au moment où il gèlera en enfer.

WARREN
Je pense que cela décrit assez bien notre situation actuelle.

KAWALSKY
Nous ne partons pas d'ici sans le colonel, est-ce clair ? Encore une superbe journée sue la planète Kawalsky.

INT—PALAIS D'APOPHIS, PRISON

[O'Neill teste la solidité des barreaux de l'une des fenêtres de la pièce. Il descend pour rejoindre Skaara. Carter est assise avec Daniel un peu plus loin.]

CARTER
Ainsi Râ n'est pas mort en fin de compte.

DANIEL
Non, ce n'était pas Râ. C'était Apophis.

CARTER
Qui ?

DANIEL
Hum, ça vient de la mythologie égyptienne. Râ était le dieu-soleil qui régnait sur le jour. Apophis était le dieu-serpent, le rival de Râ qui régnait sur la nuit. C'est inscrit dans Le Livre des Morts. Ils le vivent..

[O'Neill et Skaara marchent dans la prison.]

SKAARA
Nous allons sauver Sha're ?

O'NEILL
Je ne peux rien te promettre pour le moment…

SKAARA
Mais tu es un grand guerrier ! Nous avons vaincu Râ ensemble !

O'NEILL
Je sais, mais regarde un peu autour de nous. Regarde contre qui nous sommes.

[Skaara regarde furieusement O'Neill.]

O'NEILL
On va essayer.

[Ils se dirigent vers les autres au moment où les portes s'ouvrent et des gardent entre, dirigés par Teal'c.]

TEAL'C
Shaka ha ! Kree hol mel, Goa'uld !

O'NEILL
(à Skaara)
Qu'est-ce qu'il a dit ?

SKAARA
Il vont choisir.

CARTER
Choisir quoi ?

SKAARA
Ceux qui deviendront les enfants des dieux.

[Une boite royale est amenée à l'intérieur, et Apophis en sort.]

APOPHIS
Jaffa !

[Il aide Sha're à sortir de la boite.]

DANIEL
Sha're. Jack, aidez-moi s'il vous plait.

[Il veut aller à l'avant mais Carter et O'Neill le ramènent en arrière.]

O'NEILL
Daniel, Non, ne faites pas ça.

TEAL'C
Benna ! Ya wan, ya darua ! Prosternez-vous devant vos maîtres !

[Les gardes s'avancent devant les gens qui s'agenouillent. O'Neill surveille les yeux de Teal'c qui le regarde, lui demandant de s'agenouiller par son expression. O'Neill approuve discrètement et s'agenouille. Skaara reste debout.]

O'NEILL
Skaara.

[Skaara s'agenouille. des Goa'uld en robe se dirigent vers les prisonniers.]

TEAL'C
Benna, ya wan ya darua ! Choisissez !

[Un garde apporte un prisonnier et le tient en l'aire devant le Goa'uld.]

GOA'ULD
Non.
(au moment où le garde le balance, le Goa'uld se dirige vers une autre)
Celle-ci. Nous choisissons celle-ci.

[Elle est emmené dehors. D'autres Goa'uld s'approchent là où se trouve SG-1 et Daniel s'avance, en attrapant un. Les gardes empêchent O'Neill d'intervenir.]

O'NEILL
Daniel !

GOA'ULD
(remarquant Daniel)
Celui-ci est passionné.

DANIEL
De quoi me rappellerai-je si vous me choisissez ?

O'NEILL
Daniel, que faites-vous ?

[Un garde frappe O'Neill avec une lance en avertissement.]

DANIEL
(boulversé)
Quelque chose de l'hôte doit survivre.

[Teal'c secoue sa tête négativement. O'Neill le remarque.]

GOA'ULD
Nous choisissons… lui.

[Le Goa'uld pointe Skaara.]

SKAARA
(il est emmené)
Na-nay, na-nay ! O'Neill ! O'Neill !

O'NEILL
Skaara ! Skaara !

[O'Neill saute en avant mais un garde le frappe en plein nez avec une lance Goa'uld. Skaara est trainé, hurlant le nom d'O'Neill constamment.]

APOPHIS
Tuez tous les autres.

[Les prisonniers hurlent et se terrent dans le fond de la prison au moment où Apophis et les Goa'uld s'en vont. Teal'c et ses gardes restent sur place. Ils s'avancent et chargent leurs armes, Teal'c devant eux.]

O'NEILL
(à Teal'c)
Je peux sauver ces gens ! Aidez-moi ! Aidez-moi.

TEAL'C
Beaucoup ont dit ça.
(Il se retourne et descend l'un de ses propres gardes, puis lance son arme à O'Neill.)
Mais vous êtes le premier que j'en crois capable !

[S'ensuit un combat de lances. Carter, dégage Daniel hors de la ligne de feu. O'Neill et Teal'c tuent les gardes et effraient ceux qui se trouvent à la porte qui s'enfuient. O'Neill se dirige vers le mur du fond.]

O'NEILL
(aux prisonniers en face de lui)
Dégagez-vous du chemin !

[Les prisonniers s'écartent et il tire contre le mur, créant une ouverture. Il la vérifie.]

O'NEILL
Allez, on se bouge !

CARTER
Allez, allez&nbps;!

[Les gens passent au travers.]

CARTER
Allez, bougez-vous, allez, allez !

O'NEILL
Dépéchez-vous !

[Teal'c fait tomber son casque par terre dans la prison vide et regarde les Jaffa morts pendant qu'O'Neill et Daniel aident les prisonniers à passer par l'ouverture.]

O'NEILL
Ça va aller ?

[Daniel s'arrête, fait un signe de la tête et passe par la brèche. O'Neill se retourne vers Teal'c.]

O'NEILL
Hé, Venez !

TEAL'C
Je n'ai nulle part où aller.

O'NEILL
Pour ça, vous pouvez rester là où je vis. Allons-y.

[Teal'c regarde autour de lui, puis se joint à O'Neill.]

O'NEILL
Comment vous appelez-vous ?

TEAL'C
Teal'c.

O'NEILL
Teal'c, où vont-ils emmener Skaara, le jeune garçon ?

TEAL'C
À la Porte des étoiles, après avoir sélectionné les hôtes pour leurs enfants, ils vont rentrer chez eux.

[Ils suivent le flot de prisonniers qui se dirigent vers la porte.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Hammond se trouve dans son bureau, regardant la porte par sa fenêtre.]

SAMUELS
Monsieur, il reste moins d'une heure avant la fin du délai. Nous aurions dû avoir des nouvelles à l'heure qu'il est.

HAMMOND
Beaucoup de choses peuvent se passer en une heure, Major.

EXT—CHULAK, JOUR

[O'Neill et SG-1 demandent aux prisonniers de presser le pas.]

O'NEILL
Il nous reste moins d'une heure, comment ça se passe ?

CARTER
Nous en avons perdu un peu dans la forêt.

TEAL'C
Ils seront pourchassés et tués. Quiconque ne vit pas pour servir les dieux est leur ennemi.

O'NEILL
Et ça fait de vous…?

TEAL'C
Je suis un Jaffa. Élevé pour servir, afin qu'ils puissent vivre.

DANIEL
Je… je ne comprends pas.

[Teal'c s'arrête et montre sa poche et son symbiote. Les prisonniers sont prêts de crier.]

O'NEILL
Bon sang, mais qu'est-ce c'est ?

TEAL'C
C'est un enfant Goa'uld, la forme larvaire des dieux, j'en ai porté depuis que je suis enfant, et tous les Jaffa en portent un.

[Ils reprennent leur marche.]

O'NEILL
Débarassez-vous en.

TEAL'C
En échange pour avoir porté l'enfant Goa'uld jusqu'à sa maturité, un Jaffa reçoit une parfaite santé et une longue vie. Si je devais le retirer, je finirais par mourir.

O'NEILL
Ouis, eh bien, si j'étais vous, j'en prendrais le risque.

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[Un vaisseau descend au dessus de la porte. Non loin d'ici, O'Neill presse les prisonniers à monter vers le sommet de la colline.]

O'NEILL
Allez tout le monde, allons-y, bougez-vous !

[Il se déplacent.]

TEAL'C
(à O'Neill)
Le garçon que vous cherchez n'est plus celui qu'il était.

O'NEILL
Je ne veux même pas entendre ça.

[À la Porte des étoiles, le ventre du vaisseau révelle un transporteur à anneau qui amène des Goa'uld dont Skaara, Apophis et Sha're. Le vaisseau s'envole. Au moment où les prisonniers et SG-1 se trouvent près de la porte, un planeur Goa'uld fond vers eux, chargeant ses armes.]

O'NEILL
À couvert !

[Le vaisseau fait feu quand les prisonniers se dispersent — O'Neill et Teal'c font feu eux aussi, mais cela ne change rien.]

CARTER
Colonel, nous sommes une cible facile ici !

[À la Porte des étoiles, Apophis compose une adresse.]

[Non loin de là, pendant qu'O'Neill et Teal'c font feu sur le vaisseau sans aucun effet, soudainement, Warren tire un missile sol/air depuis un lance roquette. Il frappe et détruit le vaisseau. À la Porte des étoiles, Apophis voit l'explosion et passe par la Porte des étoiles. Les prisonniers lancent une exclamation et O'Neill regarde en direction du tir de missile.]

O'NEILL
Kawalsky.

KAWALSKY
Ouais !

[SG-2 fait signe depuis la colline.]

O'NEILL
(se tournant vers les prisonniers)
Allez tout le monde, grimpez la colline !

[Kawalsky descend alors qu'O'Neill monte.]

O'NEILL
Joli tir ! Combiens sont ici ?

KAWALSKY
Une douzaine, peut-être plus. Ils se dirigeaient par la porte.

O'NEILL
Et Skaara ?

KAWALSKY
Il est avec eux. Colonel, Il ne nous reste peu de temps avant qu'il verrouillent tout.

[Ils courent vers le sommet de la colline avec les autres, Kawalsky prenant une position de leader.]

KAWALSKY
Warren, Casey, sur ma droite !

[Ils se positionent sur la crête de la montagne, surveillant la Porte des étoiles. O'Neill aperçoit Skaara sur le point de passer par la porte.]

O'NEILL
Non. Non.

[Il descend de la colline en courant.]

KAWALSKY
Colonel ! Monsieur !

O'NEILL
Skaara !

[Skaara se tourne et sourit laissant O'Neill arriver plus près.]

O'NEILL
Skaara.

[Le sourire de Skaara disparait, ses yeux flamboient, et il frappe O'Neill avec son gant. O'Neill est projeté en arrière et tombe sur le sol au moment où Skaara s'en va et la porte se désactive. O'Neill se relève au moment où les autres arrivent vers lui.]

DANIEL
Avez-vous vu les symboles ?

[O'Neill secoue la tête.]

INT—SALLE DE REUNION

[Hammond regarde toujours la salle de la Porte. Samuels entre.]

SAMUELS
Monsieur, l'échéance est arrivée. Nous sommes prêts à sceller la Porte des étoiles, monsieur.
(Hammond ne répond pas)
Nous attendons vos ordres, monsieur.

HAMMOND
Dans une minute, Major.

EXT—CHULAK, JOUR

[Warren et Casey sont sur la colline, regardant dans la forêt avec des jumelles quand ils distinguent du mouvement.]

WARREN
(par la radio)
Monsieur, nous avons du mouvement dans les arbres, beaucoup de mouvement dans les arbres. Nous avons des ennemis, monsieur, des ennemis qui approchent !

[À la Porte des étoiles, Kawalsky prend les commandes.]

KAWALSKY
Bon, messieurs, nous allons faire un bout à découvert. Daniel va s'occuper de la Porte des étoiles, on a de la compagnie.
(à Carter)
Capitaine, armez vos claymores. Moi, Casey et Warren seront les derniers à partir.

O'NEILL
Négatif, c'est mon boulot. Capitaine, aidez Daniel. Une fois que vous avez envoyé le signal, je veux que vous y alliez, pour leur dire que nous amenons de la compagnie.

[Tout le monde se dirige vers la Porte des étoiles.]

KAWALSKY
(par sa radio)
Les gars, faites-moi un point !

WARREN
(par sa radio)
On dirait un bataillon entier, monsieur. À 100 mètres et ils approchent.

[Kawalsky prépare les claymores alors que Carter se tient avec Daniel qui cherche l'adresse de la Porte des étoiles dans son carnet.]

CARTER
Docteur Jackson ?

DANIEL
Je l'ai, je sais que je l'ai ici, je sais que je l'avais.

CARTER
Vite !

[Sur la colline, Warren et Casey font feu sur les ventres des gardes Jaffa qui sortent des arbres.]

WARREN
(par la radio)
Monsieur, nous avons des ennemis qui sortent des arbres.

[Ils commencent à tirer sur les gardes Jaffa qui avancent.]

INT—SALLE DE RÉUNION

[Hammond et Samuels sont toujours en train de se tenir en face de la Salle de la Porte.]

SAMUELS
Monsieur.

HAMMOND
Bon, d'accord. Scellez-là, verrouillez leur transmetteurs.

SAMUELS
Oui, monsieur !

[Il descend l'escalier.]

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

O'NEILL
Daniel !

[Daniel trouve enfin l'adresse dans son carnet.]

DANIEL
(riant) Oh ici !

CARTER
Allez, allez !

[Daniel commence à appeler. Sur la colline, les soldats commencent à être écrasés.]

WARREN
(par la radio)
Nous ne pouvons plus les tenir, monsieur !

DANIEL
(à Carter)
Envoyez le signal dès qu'elle s'ouvrira, Capitaine.

[Elle tient son bras avec le transmetteur à distance en l'air.]

O'NEILL
(à Kawalsky)
Faites les déguerpir !

KAWALSKY
(par radio)
Repliez-vous, repliez-vous !

[La Porte des étoiles s'ouvre.]

INT—SALLE DE RÉUNION

[Samuels remonte les escaliers.]

Monsieur, un trou de ver vient juste de s'établir de l'autre côté..</blockquote>

HAMMOND
(se dirigeant vers les escaliers)
Annulez mon dernier ordre. Ne scellez pas la porte et ne verrouillez pas leur codes de transmetteurs.

SAMUELS
Oui, monsieur.

INT—SALLE DE CONTRÔLE

HAMMOND
(entrant dans la salle de contrôle)
Avons-nous un signal de transmetteur à distance ?

TECHNICIEN
Pas encore de signal, Général.

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

DANIEL
Est-ce que ça marche ?

CARTER
Oh, espérons-le. Sinon, je serai la première à le savoir.

INT—CONTROL ROOM

[Sur l'ordinateur, le code du transmetteur vient d'être reçu.]

TECHNICIEN
Oh, attendez, le voici.

[Ils regardent la Porte des étoiles et voient l'iris s'ouvrir.]

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[Warren et Casey deferlent le long de la colline quittant leur position pour la Porte des étoiles. Ils prennent des positions défensives derrière des rochers et continuent à faire feu sur les gardes qui atteignent les sommets de la colline. Carter passe par la porte et Daniel commence à encourager les prisonniers à aller après elle.]

DANIEL
Allez, allez, allez.

INT—SALLE DE LA PORTE

[Carter fait une roulade par la porte sur la rampe et se relève, levant sa main quand deux prisonniers suivent. Les soldats postés autour de la porte lèvent leurs armes.]

CARTER
Ne tirez pas ! Ce sont des réfugiés !

[Elle les aide à se relever.]

HAMMOND
(par l'intercom)
J'espère que vous savez ce que vous faites, Capitaine.

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[Ils tirent toujours contre les gardes alors que Daniel amène les derniers prisonniers par la porte.]

DANIEL
Allez, s'il vous plait, vous deux, vous deux !

[Les gardes passent la crète de la colline et O'Neill se retourne vers Kawalsky.]

O'NEILL
Faites sauter les claymores !

[Kawalsky s'exécute et elle explosent, emportant une ligne de gardes avec elles. Il en fait saute une autre et d'autres gardes s'éffondrent. Mais il y en a encore et l'un des prisonniers est tué par un tir ennemi.]

DANIEL
Dépêchez-vous ! Allez, allez, grouillez-vous. On a besoin de couverture ici !

[Kawalsy se lève de sa planque et hurle, faisant feu avec son fusil mitrailleur. Daniel passe le dernier réfugié par la porte.]

DANIEL
(à O'Neill)
Ça y est !

O'NEILL
Allez-y !

[Daniel s'arrête pendant une seconde, puis, à contre-cœur, passe par la porte.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Daniel arrive par la Porte des étoiles.]

CARTER
Ils sont derrière vous ?

DANIEL
Je l'espère.

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[Kawalsky court vers la porte, comme les autres soldats.]

CASEY
Allez, allez, allez !

KAWALSKY
Colonel, encore d'autres ennemis, à huit heures.

[Ils se retirent alors qu'ils font feu sur les gardes. Casey est frappé par un tir de lance.]

KAWALSKY
Casey !

[Kawalsky et O'Neill se dirigent vers lui le tirent vers la porte, le protégeant à chaque avancée, faisant feu constamment avec leurs armes. Un des prisonniers qui était resté étrangle un garde &mdash, jusqu'à ce qu'il meure. Le garde tombe à côté de Kawalsky et son symbiote sort de sa poche, puis vole et entre dans le cou de Kawalsky. Il s'arrête, grogne puis disparait dans son cou. Teal'c et le prisonnier passent par la porte.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Le prisonnier saute hors de la porte et les soldats armes leurs fusils au moment où Teal's parait. Carter et Daniel leur demandent simultanément de ne pas tirer.]

CARTER ET DANIEL
Whoa ! Ne tirez pas ! Ne tirez pas !

CARTER
Ils sont avec nous !

[elle remonte la rampe vers Teal'c et reçoit son arme avec un signe de soumission de la part de Teal'c.]

EXT—CHULAK, PORTE DES ÉTOILES, JOUR

[O'Neill et Kawalsky prennent Casey et courent vers la porte — les gardes qui se trouvaient à côté courent dans la porte à leur poursuite.]

INT—SALLE DE LA PORTE

[Les trois tombent à la sortie de la porte ; Casey s'effondre sur la rampe.]

CARTER
Maintenant ! Verrouillez-le, verrouillez-le !

TECHNICIEN
(par l'intercom)
Fermeture de l'iris !

[L'iris se ferme, et ils entendent quatre boums métallique correspondant aux gardes qui foncent dans le métal. Puis tout s'arrête.]

TECHNICIEN
(par l'intercom)
Trou de ver désactivé.

[L'iris s'ouvre. Les infirmiers se ruent vers la rampe au moment où ils sont appelés.]

SOLDAT
Infirmiers ! Infirmiers !

O'NEILL
(à Kawalsky, montrant Casey)
Vous l'avez eu ?

KAWALSKY
Ouais, je l'ai eu, merci. Restez ici, laissez ces gens passer.

[Les réfugiés se pressent autour de Carter et d'O'Neill, les serrant dans leur bras et les remerciant chaleureusement.]

INFIRMIER
Nous devons aider ces gens, s'il vous plait.

[Hammond marche sur la rampe, au milieu de la confusion pendant que Samuels dégage le chemin pour les infirmiers.]

SAMUELS
Allez-y, un homme à terre, reculez ! Reculez !

[Les infirmiers posent Casey sur un brancard.]

INFIRMIER
Emmenons-le à l'infirmerie, mettons-le à l'intérieur.

[Ils s'en vont.]

HAMMOND
Colonel O'Neill. Pouvez-vous expliquer ?

CARTER
Hum, nous pouvons utiliser la Porte des étoiles pour renvoyer ces gens chez eux, monsieur.

HAMMOND
(montrant Teal'c) Que fait-il ici ?

O'NEILL
Général Hammond, voici Teal'c. Il peut nous aider.

HAMMOND
Vous savez ce qu'il est ?

O'NEILL
Oui, monsieur, je le sais, il s'agit de l'homme qui a sauvé nos vies. Et si vous acceptez ma recommandation, monsieur… il se joindra à SG-1.

HAMMOND
Cette décision n'est peut-être pas de votre ressort.

SAMUELS
Reculez. Qu'ils descendent de la rampe.

[Kawalsky est sur ses genoux, l'air un peu déprimé.]

O'NEILL
Kawalsky, tout va bien ?

KAWALSKY
Ouais, je vais bien.

[Il se lève et reprend son calme.]

HAMMOND
Colonel O'Neill, Major Kawalsky, ce débriefing — qui je suis sûr sera très intéressant — pour les unités SG 1 et 2 se tiendra à 07 heures 30.

O'NEILL
Oui, monsieur.

SAMUELS
Bon, occupez-vous de ces personnes.

[Ils quittent la Salle de la Porte, laissant Teal'c, Carter, Daniel et O'Neill au pied de la rampe. Daniel regarde vers la Porte des étoiles.]

DANIEL
Elle est quelque part là-bas, Jack.

O'NEILL
Je sais. Skaara aussi.

DANIEL
Bon, qu'est-ce qu'on fait ?

O'NEILL
On va les trouver.

[Il s'en va et les autre suivent. Derrière eux, Kawalsky est toujours debout au bout de la rampe. Il descend de la rampe et à un moment donné, ses yeux rayonnent.]

FONDU NOIR

CRÉDITS DE FIN

Traduit par LIMAFOX76 sur la base du script de Pheral pour Stargatefan

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard